Le couteau sarde.. Un univers à découvrir

Celui qui n’est pas sarde ne connaît pas forcemment la grande tradition et la dexterité en ce qui concerne la création de couteaux en Sardaigne. C’est un véritable monde à part, différentes manufactures, matériaux, styles, utilisations l’ont transformé en une vraie oeuvre d’art.
Les couteaux se divisent en deux catégories : la leppa, le couteau à manche fixe et la resolza, à manche rétractable. Une autre caractéristique fondamentale est la forme de la lame, elle peut également être de 2 types : la lame large (un peu incurvée) pour les chasseurs, appelée foglia di lauro (feuille de laurier), et la lame plus frequemment utilisée par les bergers appelée foglia di grano (feuille de blé).
Ce sont donc les caractéristiques qui sont à la base de tous les couteaux. Ils sont ensuite dérivés en une infinité de styles et de matériaux. Les couteaux de collection, par exemple, sont travaillés avec précision, avec des lames ciselées ou de Damas. Les manches peuvent être en corne de bêlier, en forme de tête de sanglier, muflon, chien.. extraordinaire.
Ces petits chefs d’oeuvres sont crées surtout au Sud-ouest de la Sardaigne, à Guspini, et Arbus, à 60 km au nord de Carbonia. Un autre village réputé pour la création de couteaux est Pattada, situé au nord de l’île en pleine Barbagie, au sud d’Olbia et au nord de Nuoro.

Le couteau classique de Pattada a une forme fine très allongée, et le manche est toujours fait en corne de muflon. (voir photo ci-dessous)

A Pattada, il existe un fameux créateur de couteaux appelé Paolo Pusceddu, il a crée il y a 15 ans le plus grand couteau du monde.. qui pesait bien 80 kilos ! Puis, il a crée le couteau le plus lourd du monde qui pèse 295 kg et long de presque 5m. On peut le voir au musée du couteau à Arbus.
Un autre orfèvre du couteau de Pattada s’appelle Piero Fogarizzu, sa grande dextérité à fabriquer des lame de Damas très particulières l’a rendu célèbre dans le monde entier.
Il crée des couteaux « sur mesure » et il faut souvent attendre longtemps pour en avoir un.
Si jamais vous êtes intéréssés par le couteau sarde, voici quelques conseils fondamentaux pour savoir reconnaître le VRAI couteau de manufacture sarde.

1- LE COUTEAU FAIT A LA MAIN EST SIGNE PAR L’ARTISAN qui l’a crée, la signature se trouve sur la lame et souvent, il s’agit du nom de l’artisan, d’un pseudonyme ou d’un symbole.

2-LE COUTEAU SARDE N’A PAS DE SYSTEME DE BLOCAGE DE LA LAME, c’est un point très important, la lame est libre, le couteau fait à la main n’a pas de mécanismes d’ouverture bizarres.
3-LE MANCHE DOIT ETRE EN CORNE DE BELIER, éventuellement en corne de taureau, mais en aucun cas en plastique ou résine.
4-LE PRIX. Quand on parle d’un couteau fait à la main, le terme à retenir est « fait à la main », ce qui signifie une qualité inégalable et une pièce unique. Le prix de base d’un couteau de 22cm (lame de 10cm) est d’environ 50€ (manche en taureau)

Musée du couteau
Via Roma 15
Arbus
ouvert toute l’année: 10h – 12h30 / 16h – 20h
Tel: 070 9759220

Comments