Les musées des sorcières en Sardaigne

La Sardaigne offre de nombreuses voyages dans un monde de mystères. Un monde habité par les sorcières et les traditions populaires qui font partie du patrimoine culturel de l’île.
Dans le village d’Aritzo, au centre de la Barbagia, célèbre pour sa production de châtaignes et de cerises, l’ancienne prison de l’inquisition Sa Bòvida renferme désormais un musée dédié aux instruments de torture et à la sorcellerie. Le musée est un vieil édifice de 1700, utilisé jusqu’à la fin de la guerre comme prison de haute sécurité.

L’édifice est caractérisé par un souterrain creusé par les espagnols, appelé Sa Bòvida (le tour). Le parcours s’articule autour des différentes pièces de l’ancienne prison et montre l’exposition permanente intitulée « Bruxas », dédiée à la magie et à la sorcellerie entre le XVe et XVIIe siècle : objets rituels religieux ou magiques nous ouvrent la visite dans ce monde de croyances populaires et de terribles malédictions.

Une partie de l’exposition est dédiée à l’Inquisition avec une collection d’instruments de torture utilisés contre ceux qui étaient accusés de sorcellerie et de maléfices. Le musée d’Aritzo n’est pas le seul en son genre, dans la province d’Oristano, le petit centre de Bidonì, situé sur le lac Omodeo, abrite le musée « S’Omo ‘e sa Majarza » (La maison de la sorcière). Le musée, édifié dans l’ancienne mairie, nous raconte les histoires de la magie blanche et noire, des mystérieuses légendes et rituels. A l’intérieur, le visiteur a l’occasion de faire un voyage dans le temps où l’on peut observer par exemple le « Malleus Malleficarum », « Il Martello delle streghe », un code publié en 1486 qui devint une référence pour les interrogations des personnes accusées de sorcellerie,

On y trouve également la représentation de « Sa Filonzana », une femme vêtue de noir qui tient entre le mains un fuseau représentant le fil fragile de la vie capable de se rompre à tout moment, ainsi que de « su carru de sos mortos » qui, selon les anciennes croyances populaires, était celui qui transportait les âmes des défunts dans son char. Il était dit que celui qui voyait ce char mourrait dans l’année, et son nom n’était jamais prononcé par crainte de le voir un jour.

Le centre touristique de Castelsardo accueille également beaucoup de curiosités liées à la magie en Sardaigne. Le Palazzo Episcopale propose des expositions permanentes dédiées à la sorcellerie, à l’hérésie et à l’inquisition, dans lesquelles sont exposés des instruments de torture utilisés pendant l’inquisition pour obtenir les aveux de ceux que l’on suspectait de magie et sorcellerie

Comments